Beurk expliqué aux parents

Rares sont les films, les livres, les jeux vidéos et les histoires sans violence. Elle est omniprésente dans notre civilisation depuis l’aube de l’humanité. Elle a grandi et évolué avec nous car elle se trouve dans nos gênes, le nier ne serait qu’hypocrisie ! Pourtant, certains « bien-pensants » aimeraient l’interdire…

C’est une chose impossible, car elle nous fascine tous.

Cette fascination de la violence et du morbide ont fait déplacer des foules considérables, avides de carnages et de sang. Les uns assistaient aux fameux jeux du cirque à Rome « panem et circenses », les autres se rendaient en procession à Tyburn en Angleterre afin d’encourager le bourreau à pendre le détenu « haut et court », …

JPEG - 16.5 ko
JPEG - 29.9 ko
JPEG - 153.6 ko

Les exécutions publiques allaient bien souvent se voir en famille, les enfants juchés sur les épaules des grands afin de ne pas rater une goutte de sang. Saviez-vous que la dernière exécution publique par décapitation en France, eut lieu le 16 juin 1939 ? Elle rassembla un nombre considérable de spectateurs venus de tout le pays par trains entiers afin d’assister au spectacle sanglant. « Il y avait des curieux jusque sur les arbres et les toits des maisons environnantes dont chaque fenêtre avait été louée à prix d’or. Toute la nuit, ce fut une sorte de kermesse funèbre où l’on but et chanta… ». Ce jour-là encore, imitant les gestes faits par leurs aïeux 150 ans plus tôt aux plus sombres moments de la Terreur, certains témoins se bousculèrent et se battirent afin de tremper leurs mouchoirs dans le sang du guillotiné.

JPEG - 35.6 ko

Cette scène prouve bien que la fascination du morbide et de la violence nous touche tous à des degrés différents.

Qui n’a jamais ralenti devant un accident en espérant (même inconsciemment) apercevoir une image atroce ? Demandons-nous en notre âme et conscience quelle est la raison pour laquelle nous ralentissons. Est-ce pour avoir un petit frisson d’horreur qui fera monter notre adrénaline et qui nous sortira, un cours instant, de la torpeur dans laquelle nous plonge notre quotidien ? Est-ce pour se sentir valorisé aux yeux de nos collègues, nos époux/ses… en leur racontant quelque chose que l’on croit exceptionnel ? Est-ce d’avoir le sentiment d’avoir vu quelque chose d’extraordinaire qui nous fait sortir de la masse et de notre petit train-train habituel… les raisons peuvent être innombrables, quelle est la vôtre ?

Si les journaux télévisés ne donnaient que des bonnes nouvelles, nous les aurions désertés depuis bien longtemps, car ils nous ennuieraient.

Si vous n’avez jamais ralenti à l’approche d’un accident afin de voir un peu de sang, alors vous pouvez refermer ce site en toute quiétude. Mais si tel n’est pas le cas, il ne serait pas très honnête de votre part de l’interdire à votre enfant.

Alors, plutôt que d’essayer d’interdire cette violence omniprésente, tâchons d’avoir une réflexion intelligente et constructive afin de mieux l’apprivoiser et de nous en protéger.

octobre 2017 :

Rien pour ce mois

septembre 2017 | novembre 2017

Les Amis