On parle de Beurk !

Une sympathique critique sur le blog les Lubies de Ludi.

PNG - 106.1 ko

"Présentation de l’éditeur :

L’Histoire de l’humanité est parsemée de massacres en tout genre, les guerres atroces et les supplices effroyables sont et restent nombreux. L’imagination de l’homme est infinie lorsqu’il s’agit d’horreur. Coluche disait très justement que « L’horreur est humaine ». Retour ligne automatique
Aujourd’hui je vous présente un titre qui m’a replongée dans mes travers de jeunesse : l’addict aux films d’horreur et aux histoires qui font peur a repris le dessus. Vous ne le croirez peut-être pas à la vue de la couverture, mais c’est d’un album jeunesse dont je vais vous parler !

Le titre, je vous le concède, n’est pas très éloquent, mais il nous aide à imaginer qu’il s’agit d’un livre pour les enfants/jeunes ados par son coté enfantin. La couverture est originale, autant par sa texture que son style, elle a un petit côté parchemin que j’ai apprécié ( effet peau de pêche).

Je suis, je dois l’avouer, mitigée suite à cette lecture. J’ai trouvé de nombreux éléments intéressants mais certains autres m’ont un peu dérangée pour un livre destiné à la jeunesse.

L’auteur prend le temps au début de l’album pour expliquer sa démarche aux parents : il souhaite présenter des histoires de "monstres" ayant réellement vécu, afin de faire réfléchir les enfants par eux-mêmes sur les horreurs dont sont capables les humains tout au long de l’histoire. Chacun ayant naturellement une curiosité morbide, l’auteur préfère donner des éléments historiques aux enfants pour les pousser à se faire leur propre avis sur la noirceur de l’humanité...

J’ai trouvé sa démarche intéressante, il propose de faire face à l’hypocrisie habituelle qui met des clichés dans la tête des enfants et ne leur donne pas la possibilité de se faire un avis. Seulement, j’ai trouvé que 1 ou 2 passages n’étaient pas adaptés aux enfants, et pouvaient leur donner de mauvaises idées plutôt que de susciter une réflexion chez eux. Parfois ce qui peut-être de l’humour pour nous, adultes, peut être perçu comme une réalité pour les enfants et peut avoir des conséquences graves (par exemple, le passage sur Vlad l’empaleur, où l’auteur "blague" sur le fait de fabriquer des pals dans son jardin m’a dérangée).

A part cela, j’ai trouvé très intéressant toutes les données historiques sur ces personnages connus comme fictifs ( dracula, jack l’éventreur...)mais qui sont en fait de réels personnages historiques.. Ce tome est dédié aux " monstres" de la période victorienne et c’est une chance car j’adore cette période, et ayant moi même une curiosité morbide bien développée, je connaissais la plupart des histoires racontées dans cet album ( j’ai vu tous les films sur Jack l’éventreur !), mais j’ai pris plaisir à redécouvrir certains détails, photos d’époques etc...

L’ouvrage est très bien illustré et c’est vraiment appréciable, on sent derrière toutes les recherches qui ont été faites et les photos, cartes etc... nous plongent au coeur de cette époque. Il y a également des dessins humoristiques tout au long de l’ouvrage, qui accompagnent bien le thème et le style du livre, mais encore une fois je ne suis pas sûre qu’ils soient bien adaptés à des enfants. Retour ligne automatique
Dans les dernières pages, on découvre les " monstres" qui n’ont de monstrueux que le corps, suite à des maladies ou autre malformations comme Elephant man ou encore le catcheur Maurice Tillet, qui souffrait de macromégalie, et qui a ( je l’ai découvert ici) inspiré le personnage de Shrek. Retour ligne automatique
A chaque page, le texte est très bien écrit, avec des termes assez soutenus, qui sont expliqués dans des petits encarts "dico" pour apprendre du vocabulaire en plus des faits historiques, c’est très bien pensé !

A la fin, un petit quizz permet de vérifier que l’on a tout bien retenu.

En bref, un ouvrage très intéressant, bien pensé mais qui mériterait d’être un peu plus adapté à la "psychologie" des enfants, et que je conseillerai davantage pour des jeunes ados à partir de 10/12 ans. "

Ludi

décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

Les Amis